Menu

 


Réconciliation et paix en Côte d’Ivoire / Mgr Gaspard Béby Gnéba, président de la Commission épiscopale pour le clergé : « Le prêtre n’est pas un politicien, cependant, le prêtre a un grand rôle à jouer »

Nouveau Réveil- 9/7/2021 
   
Président du Comité d’organisation du Congrès extraordinaire du clergé en Côte d’Ivoire, Monseigneur Gaspard Béby Gnaba, Evêque de Man et en qualité de président de la commission épiscopale pour le clergé a, dans son adresse, fait savoir les grandes orientations qui guideront les travaux dudit Congrès. En neuf grands points, il a levé un coin du voile sur les enjeux mais surtout ce que doivent être les prêtres en Côte d’Ivoire. Face à la presse, Gaspard Gneba est revenu sur ces importants points soulevés. « Il y a plusieurs enjeux. Il s’agit de rendre gloire à Dieu pour le choix des prêtres en Côte d’Ivoire. Le deuxième enjeu, c’est que la vie du prêtre se fait dans un contexte, dans un environnement, dans un pays, donc il y a un aspect social, c’est-à-dire comment réfléchir, comment vivre la vie du ministère pour que les prêtres participent à la vie d’une Côte d’Ivoire réconciliée, une Côte d’Ivoire fraternelle, une Côte d’Ivoire conviviale. Donc il y a l’aspect social. Il y a l’aspect des défis actuels même de la vie du prêtre. Vous savez les prêtres sont dans société et ce qui est bien ou mal dans la société peut influencer, conditionner le prêtre. Donc, c’est pour voir quelles sont les valeurs de la société ivoirienne que le prêtre doit promouvoir et quelles sont les non valeurs que le prêtre doit éviter, qu’il doit combattre pour ne pas se laisser influencer, conditionner négativement par la société. Il y a l’enjeu mondial qu’on ne peut pas écarter aujourd’hui, qui est l’enjeu des abus sexuels. Et souvent, malheureusement, il arrive qu’il y a des abus. Le Pape François parle de ces abus alors comment nous organiser comme prêtes d’abord pour prévenir ces abus ? Mais s’ils étaient connus, comment les régler dans la transparence ? Ces enjeux à la fois comme je l’ai dit, spirituels, social pour que le prêtre participe à construire une Côte d’Ivoire nouvelle, réconciliée, en paix. Mais aussi, il y a l’enjeu moral : faire en sorte que le prêtre vive pleinement sa vie de prêtre, être témoin du Christ et de l’évangile dans la Côte d’Ivoire et dans le monde… »


« LE PÊTRE, HOMME DE TOUT LE MONDE »

A la question de savoir quelles sont les actions qui seront posées par le clergé en vue de contribuer efficacement à la réconciliation en Côte d’Ivoire, l’Archevêque de Man et Administrateur diocésain d’Odienné, a indiqué d’emblée qu’ils ne sont pas des hommes politiques et qu’il fallait séparer les domaines de compétence. « Un prêtre n’est pas un politicien, cependant, le prêtre a un grand rôle à jouer. D’abord il doit être témoin d’amour. C’est-à-dire qu’il doit contribuer à bâtir une société ouverte et inclusive. Donc dans sa manière d’être témoin de Jésus, il faut qu’on voie qu’il est l’homme de tout le monde. Il ne doit pas s’enfermer dans un parti quelconque. Que ce soit Pdci, Fpi, Rhdp, il doit être l’homme de tout le monde. Il doit être capable de dépasser les clans, les clivages pour qu’on ne dise pas que celui-là, il est prêtre du Fpi, celui-là est l’Evêque du Rdr, non, non, non ! Parce que Jésus, notre Maître est parti chez tout le monde. », a fait remarquer Monseigneur Gaspard. Qui poursuivra pour relever ceci : « Le prêtre doit être engagé, comme dit le Pape, au plan de manifester la miséricorde, c’est-à-dire les prêtres par l’éducation, l’enseignement, la santé, doit contribuer à la formation humaine. C’est ce que le Pape appelle les œuvres de la miséricorde. » L’homme de Dieu a fait quelques précisions et dévoilé le rôle imminent des prêtres. « Le prêtre ce n’est pas d’abord dans le discours, c’est dans la proximité, c’est dans les visites, qu’il soit musulman, qu’il soit catholique, qu’il soit évangélique, qu’il soit Fpi, qu’il soit Rdr…, voilà d’abord ce qu’on attend du prêtre. Ce n’est pas dans les discours, les grandes déclarations mais par son attitude, son comportement, un homme ouvert, accessible, un homme de tout le monde qui est connu de tous et qui va partout sans avoir peur. Maintenant s’il doit parler de la Côte d’Ivoire, dans la finalité de son discours, qu’il appelle toujours les gens à bâtir une société ouverte à tous les habitants de ce pays et inclusive à toutes et à tous. Voilà ce que je souhaite pour les prêtres en ce moment. »

JEAN PAUL LOUKOU


Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy