Menu

 


Mortalité routière en Côte d’Ivoire : Les statistiques macabres de 2006 à 2021

Nouveau Réveil- 4/5/2021 
   
Les accidents de la route occasionnent en moyenne 600 morts et 13 000 blessés, chaque année, en Côte d’Ivoire. 94% de ces accidents sont dus à des facteurs humains (conducteurs ou usagers) et 6% sont imputables aux autres facteurs tels que mauvais était des véhicules et du réseau routier ». Cette statistique alarmante relève du ministère en Charge des Transports. Depuis des années, la tendance ne baisse pas. La courbe des décès liés aux accidents de la circulation ne fait que grimper. Et pourtant, les autorités multiplient les séminaires. Ces rencontres sont le plus souvent assorties de fortes décisions ou des lois. La loi interdisant le téléphone au volant date d’il y a deux ans. Les années se ressemblent. Les décisions sont les mêmes. Mais les statistiques sont différentes. Jamais de régression. De 2006 à 2017, ce sont plusieurs familles qui ont été endeuillées. 2006 (6084 accidents pour 374 décès), 2007 (5852 accidents pour 329 décès), 2008 (8 196 accidents pour 582 décès), 2009 (8 398 accidents pour 699 décès), 2010 5 564 accidents pour 169 décès), 2011 (4007 accidents pour 392 décès), 2012 (7 375 accidents pour 488 décès), 2013 (10 365 accidents pour 844 décès), 2014 (8 262 accidents pour 816 décès), 2015 (10 632 accidents pour 883 décès), 2016 (10 718 accidents pour 991 décès) et 2017 (11 743 pour 1 275 décès). Sur cette période, on note un total de 7 842 accidents pour 89 821 décès. En 2019, le 1er semestre a enregistré 12 564 accidents pour 303 décès. Cette année 2021, en 3 mois, les accidents de la circulation sont incalculables. La période de pâques a été la plus meurtrière. Elle sera certainement le pic des accidents de l’année. Quelques jours avant la Pâques, une collision entre un car et un gros camion a fait 21 morts entre Yamoussoukro et Bouaflé. Le 31 mars 2021, soit une semaine plus tard, l’axe Ferkessedougou-Ouangolodougou a été le théâtre du décès de 16 personnes par accident. Quelques jours après, un gbaka renversé a provoqué 1 mort et plusieurs blessés sur l’axe Abengourou-Yamoussoukro. A Cocody, toujours dans la période pascale, une femme enceinte a eu l’une de ses jambes broyée par un taxi communal. Le lundi de Pâques, un accident sur l’autoroute du Nord a fait 14 morts, sans oublier les 8 personnes calcinées dans un car qui a pris feu suite à un tonneau sur la voie. Une collision entre un camion remorque, un gbaka et un taxi communal, le 22 avril, a causé la mort de 10 personnes. Choqué, le ministère des Transports suspend tous les inspecteurs des examens du Permis de conduire. Au vu de ces statistiques, il est plus qu’urgent de réagir.

JB KOUADIO


Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy