Menu

 


Journée du cacao et du chocolat : Les menaces qui planent sur les planteurs

Nouveau Réveil- 5/10/2020 
   
Les lampions se sont éteints le samedi 03 octobre dernier, sur la 7ème édition de la Journée du cacao et du chocolat (JNCC). Placée sur le thème "Tous engagés pour un cacao, ami de la forêt", cette édition 2020 a connu un franc succès en dépit de la situation sanitaire due au COVID-19 avec 2.053 participants par jour et une quarantaine d'exposants. Selon le bilan du directeur général du Conseil cacao. Des thèmes ont été retenus pour les panels qui ont meublé cette édition. Pour Ibrahima Yves Koné, "la contribution du cacao à la restauration de la forêt et la traçabilité vise à assurer la qualité du cacao et permet de lutter contre la déforestation". C'est pourquoi, il a exhorté les producteurs de cacao à s'aligner sur cette politique mise en place par l'Etat via le Conseil café cacao. Il a expliqué que "Sous l'effet de l'épuisement des réserves forestières, qui a pour conséquence, la dégradation de l'environnement agro-écologique de production, le système de culture du cacao a également atteint ses limites écologiques". Et le Dg du Conseil de poursuivre " Cette situation nous interpelle tous, acteurs de la filière cacao, sur l'urgente et impérieuse nécessité d'un engagement fort en vue de faire cohabiter, de manière harmonieuse, le cacao et la forêt. C'est l'appel que nous voulons lancer ". A l'endroit de ces derniers, les planteurs, il a dit ceci " Votre contribution est inestimable et vous contribuez efficacement au développement économique de la Côte d'Ivoire ". Avant de déclarer close cette JNCC 2020, le ministre de l'Agriculture et du développement durable, Kobenan Kouassi Adjoumani, a salué la pertinence du thème retenu pour la JNCC édition 2020, qui est dans l'intérêt des planteurs à contribuer à redonner à la Côte d'Ivoire son couvert forestier. "La traçabilité va assurer une part importante à notre cacao. Avec la traçabilité, c'est le planteur qui gagne. Grâce à cela, l'industriel qui goûte notre chocolat doit savoir d'où il vient. L'engagement de la filière du cacao est importante à assurer sa part dans le processus de la couverture forestière". C'est donc fort de cela qu'il a salué l'initiative du Conseil à planter 60 millions d'arbres pour participer à la volonté étatique de redonner à la forêt ivoirienne son lustre d'antan. Abordant la question du prix bord champ du kg de cacao fixé à 1.000F, le ministre de l'Agriculture a dit ceci aux planteurs " le président a fait sa part, il vous revient de faire en sorte que le prix soit appliqué. Ne bradez pas votre cacao à des acheteurs véreux". Aussi a-t-il fait savoir que 80% de la production cacaoyère ont été déjà vendus pour la prochaine campagne... contre 60% avant la Covid-19...

JEAN PRISCA

Envoyé spécial


Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy