Menu

 


Atelier de formation des Ong féminines : « Par les valeurs de la démocratie, la paix devient positive et durable »

Nouveau Réveil- 17/8/2019 
   
La Côte d’Ivoire, notre pays, vit, en ce moment, dans la peur des élections présidentielles à venir de 2020. Les discours guerriers, les violences verbales et physiques, les menaces de tous genres ont refait surface à 14 mois desdites élections. Face à cette situation de crispation politique, la Fondation Félix Houphouët-Boigny (FFHB), pour la recherche de la paix a décidé de prendre le taureau par les cornes. Ce, par différentes formations. Ainsi, après le Symposium des leaders religieux, rois et chefs traditionnels, ce sont les femmes des Ong du Réseau des associations des femmes du District autonome de Yamoussoukro qui sont formées à « la culture de la paix et de la cohésion sociale ». Yamoussoukro ayant été confrontée à des violences multiformes ces dernières années, aux différents scrutins, a perdu son statut de stabilité sociopolitique. C’est fort de cela que pour le Secrétaire général de la FFHB, il faut revenir aux fondamentaux de la paix et de la non-violence si chers au premier Président ivoirien. Dans son message aux participantes, Professeur Jean Noël Loucou de relever l’importance de la formation à la paix « L’action de terrain qu’exige la promotion de la paix n’a de valeur et d’efficacité que par la formation aux valeurs de la paix et aux outils conceptuels relatifs à la gestion des conflits, aux techniques de médiation, à la communication non-violente». Et d'ajouter que «C’est en luttant quotidiennement contre toutes les formes de violence que nous réussirons à promouvoir la paix, une paix qui permette à chacun, dans sa différence, de s’engager dans le vivre-ensemble. La société civile dont vous êtes une des composantes est précisément cette organisation citoyenne vers cet objectif commun. Par les valeurs de la démocratie, de société civile et des droits de l’homme, la paix devient une paix positive et durable… » a-t-il indiqué avant de faire noter que « chaque citoyen, chaque citoyenne doivent être activement engagés pour la cause de la paix » Avec lui, Ouattara Peyogori, expert national Pnud qui, dans son adresse, a relevé l’importance de la paix pour le Pnud qui « est consciente qu’il ne peut y avoir de développement s’il n’y a pas la paix. » C’est pourquoi, soutenant cette initiative de la fondation, il a fait savoir «Nous sommes convaincus qu’il y a beaucoup de choses qui se disent et qui font peur à la société ivoirienne ; quand on entend les discours des uns et des autres, il y a de quoi à s’interroger sur le bon déroulement de ce scrutin de 2020 ; alors nous sommes convaincus que si les femmes s’engagent à travailler pour un environnement électoral apaisé, il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas aller à des élections paisibles. »

JPL


Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy