Menu

 


Maison d`arrêt et de correction d`Abidjan (MACA) : Le témoin principal de l`affaire Kieffer s`est évadé…

Nouveau Réveil- 17/7/2009 
   
Arrêté en fin d'année 2007 et détenu à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca), Lago Charles Rosaires poursuivi pour faux témoignage dans le cadre de l'affaire Kieffer, s'est évadé avant-hier mercredi 15 juillet 2009. C'est l'information que nous avons reçue de la part d'une source qui a requis l'anonymat. Voulant en avoir le cœur net, nous nous sommes rendu hier jeudi 16 juillet dans les locaux de la prison pour avoir la version des responsables. Là, des informations glanées çà et là nous ont permis d'avoir une idée de ce qui s'est réellement passé. Le détenu en question, se plaignant de douleurs thoraciques, a obtenu du docteur N'goran, l'un des médecins officiant à l'infirmerie de la Maca, un bulletin de consultation externe pour une radiographie, afin de diagnostiquer son mal. C'est de cette façon que le détenu, accompagné de deux gardes pénitentiaires, s'est rendu à l'hôpital militaire d'Abidjan où il est arrivé, sur la base des informations contenues sur le bulletin de consultation, à 10 heures. Après la consultation suivie de la radiographie, les trois ont quitté l'hôpital à 13 heures 35 minutes pour la Maca. Jusqu'à 20 heures, ne les voyant pas revenir de l'hôpital, le chef de poste a joint téléphoniquement les deux gardes (Zarakpa Honoré et Salia Kissori) pour avoir leur position. Mais il tombera des nues quand ces derniers lui répondront qu'ils se trouvaient au commissariat du 7ème arrondissement, pour déclarer l'évasion du détenu qu'ils avaient accompagné à l'hôpital. C'est donc, à 21 heures 05 minutes, que ces derniers, sans le détenu, sont arrivés à la Maca. Le détenu s'étant évadé, selon eux, à 14 heures, aux 220 logements à Adjamé. Pourquoi n'ont-ils pas informé leur hiérarchie quand le détenu a disparu à 14 heures ? Où sont-ils partis après l'hôpital avec le détenu ? C'est pour trouver des réponses à ces interrogations que nous avons cherché à rencontrer le premier responsable de la prison, le régisseur Yao Patrice qui, sans hésiter, a confirmé toutes les informations en notre possession, avant d'expliquer ce qui s'est réellement passé.

ASSALE TIEMOKO


Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy