Menu

  Le Nouveau Réveil - N° - mercredi 13 juillet 2016

Menu
 Rubriques
- Accueil
- Santé
- Faits Divers
- Sport
- Déclarations
- Art et Culture
- NTIC
- Politique
- Économie
- Editorial
- Région
- Société
- Nécrologie
-
- Afrique
- Galerie Photos
 Informations
- Contacts
 Archives
Mois :
Année :
   
KIOSQUE NUMERIQUE
Achetez l'intégralité du journal Le Nouveau Réveil
au format numérique  - 
Asec Mimosas / Messou Kouablan, président du Cnaco : Le mal de l’Asec, c’est un manque criant de moyens financiers

mercredi 13 juillet 2016

Imprimer l'articleEnvoyer l'article par E-mail
L
’Asec Mimosas, le club phare du football ivoirien, semble, depuis quelques années, avoir du mal à tenir son statut. Le dernier titre national des Jaune et noir remonte en 2010. Leur présence en ligue des champions est du fait de leur place de vice-champion, la saison dernière. Cette présence sur la scène africaine n’occulte pas les difficultés que rencontre le club de Me Roger Ouégnin. Si Sol Béni, infrastructures sportives de l’Asec ( ?) est l’illustration d’une vision futuriste des dirigeants jaune et noir, sa construction n’a pour autant pas résolu la question des finances du club, bien au contraire, l’Asec a plus que, hier, besoin d’argent. Et dans une interview accordée au site de club, Messou Kouablan, président du Cnaco, reconnait que l’Asec n’a pas les moyens. « J’entends des actionnaires dire qu’ils souffrent. Nous souffrons tous. Nous avons diagnostiqué le mal. C’est un manque criant de moyens financiers » avoue-t-il. C’est pourquoi, le président des actionnaires (supporters de l’Asec) s’est engagé depuis sa nomination à une campagne de sensibilisation pour amener les actionnaires à contribuer financièrement à la vie du club. « La seule et unique voie que nous avons pour retrouver ce lustre est chaque actionnaire donne la modique somme de 24000fcfa par année. Ce qui représente que 200fcfa par mois. Nous aimons notre club. Pour cela, nous devons nous y investir. Et le plus petit investissement que nous pouvons faire est de donner les 24000Fcfa par an ». Une invite aux nombreux actionnaires qui, selon le président du Cnca, semblent oublier leur mission première. « Aujourd’hui, l’actionnaire est devenu recruteur, entraineur, dirigeant, il est devenu tout, sauf supporter. L’actionnaire ne construit plus. Il détruit, il insulte ses joueurs, il insulte ses dirigeants.» constate-t-il amèrement.

Par DE BOUAFFO Achetez tout le journal

Le Nouveau Réveil

Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés