Menu

  Le Nouveau Réveil - N°3094 - lundi 21 mai 2012

Menu
 Rubriques
- Accueil
- Santé
- Société
- Sport
- Galerie Photos
 Informations
- Contacts
 Archives
Mois :
Année :
   
KIOSQUE NUMERIQUE
Achetez l'intégralité du journal Le Nouveau Réveil
au format numérique  - 
Scandale / Deux élèves font l’amour en classe à Grand-Bassam / Aka Emmanuel (directeur des Etudes) parle : « Ces deux élèves sont sur le point d’être exclus définitivement du système éducatif ivoirien »

lundi 21 mai 2012

Imprimer l'articleEnvoyer l'article par E-mail
C
onsultant sur la première chaine de télévision nationale lors des grands rendez-vous du football, Aka Emmanuel est directeur des Etudes du collège Robert Léon de Grand Bassam. Il y a quelques jours, cet établissement de grande renommée dans la région du sud Comoé a été le cadre de scène d’amour entre deux élèves dans une classe en pleine journée. Pire encore, ces ébats sexuels ont été filmés par d’autres élèves et le film réalisé mis en ligne sur internet. Saisissant l’occasion d’échanger avec les parents d’élèves sur le travail, le comportement et les dispositions à prendre avant les examens, samedi dernier lors de la réunion qu’il a convoquée au sein de l’école, Aka Emmanuel, indigné et peiné, s’est prononcé sur cette sale affaire. «Le collège Robert Léon existe depuis 1979. Jamais on n’a entendu ce genre de problème. Depuis près de trois ans, notre établissement est classé 3ème sur le plan régional au Bepc et au Bac. L’élève, le garçon est à sa troisième expérience, il l’a déjà fait dans d’autres établissements» a-t-il déclaré. Et de poursuivre: «Suivez le comportement de vos enfants, leur emploi du temps. Contrôlez leurs heures d’études à la maison, leurs heures d’entrée à la maison. Faites tout pour avoir l’œil sur eux. Nous présentons nos excuses à tous les parents et à tous ceux qui ont été gênés par ce comportement des deux élèves. Nous avons été vraiment peinés parce que ce n’est pas coutumier au Robert Léon. Nous étions loin de nous imaginer que des élèves puissent se rendre coupables d’un tel comportement» a-t-il dit. Revenant aux faits, il a déclaré que «Ce qui s’est passé est arrivé entre midi et 14 heures. Les gardiens sont là, ils sont allés voir les élèves pour leur demander ce qu’ils font. Ils ont alors répondu, « nous avons cours » Une fille de 14 ans qui est en 3ème, qui a 12 de moyenne, ça veut dire qu’elle n’est pas bête. On l’avait déjà surprise en train de s’amouracher avec quelqu’un d’autre, on avait donné des convocations. Pour leurs parents, ces convocations ne sont jamais arrivées jusqu’ à ce qu’elle vienne récidiver. L’élève, le garçon, a 16 ans et il a 15 de moyenne en 2nde. Ce sont des éléments qui échappent à la raison. Mais il y a des explications. Tout est une question d’éducation qui est logée à la maison. Je ne veux pas vous accabler mais il faut reconnaitre que vous avez une grande part de responsabilité en tant que parents…». Rassurant ces derniers, il a ajouté : «…Nous avons exclu ces élèves définitivement, nous avons adressé une note à la direction régionale de l’éducation nationale (Dren) qui, certainement, va le répercuter au ministre et ils sont sur le point d’exclure ces deux élèves-là définitivement du système éducatif ivoirien. Vous voyez ou on peut arriver». Enfin, a révélé le directeur des études, «Ceux qui ont filmé ne sont pas de l’établissement. De recherche en recherche, nous avons découvert que l’une des premières raisons, c’était un problème de jalousie parce que la fille sortait avec celui qui a fait l’acte. Celui qu’elle a laissé tomber, pour se venger, a mis le film sur internet.» Notons que les débats entre responsables de l’établissement et parents ont beaucoup porté sur l’usage du téléphone portable par les élèves. Un débat qui se veut national, a même dit un parent.
Diarrassouba Sory Achetez tout le journal

Le Nouveau Réveil

Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés
Réalisation et hébergement : Weblogy