Menu

  Le Nouveau Réveil - N° - mercredi 8 juillet 2009

Menu
 Rubriques
- Accueil
- Santé
- Faits Divers
- Sport
- Déclarations
- Art et Culture
- NTIC
- Politique
- Économie
- Editorial
- Région
- Société
- Nécrologie
-
- Afrique
- Galerie Photos
 Informations
- Contacts
 Archives
Mois :
Année :
   
KIOSQUE NUMERIQUE
Achetez l'intégralité du journal Le Nouveau Réveil
au format numérique  - 
Production durable de cacao certifié: Armajaro distribue 650 millions FCFA de primes aux coopératives et producteurs

mercredi 8 juillet 2009

Imprimer l'articleEnvoyer l'article par E-mail
L
a prime à la qualité dans la filière du cacao tisse sa toile. Après les cérémonies de remise de primes dans les régions d’Abengourou, de Daloa et Issia, le 1er juillet à Abidjan Golf hôtel, la société ARMAJARO Cote d `Ivoire terminait ainsi la distribution de près de 650 millions de primes pour la campagne 2008/2009 aux coopératives et aux paysans faisant partie des programmes P.P.D.C (production durable certifiée) et Armajaro / ICCO. La cérémonie d’Abidjan récompensant les meilleurs producteurs était présidée par le responsable Afrique du groupe Armajaro et notait la présence des représentants du Ministre de l’agriculture et du Président du comité de gestion.

Koné Ismaël, DG d’Armajaro Côte d’Ivoire a expliqué à l’assistance ce que ces projets représentent sur trois ans. En effet, il s’agit avant tout un investissement d’Armajaro et ses partenaires (la société KRAFT, USAID, GTZ) en formation et équipement de près d’un milliard de CFA.

Les coopératives qui appliquent les principes sociaux et environnementaux de ‘‘Rain Forest’’ reçoivent d’Armajaro une prime au dessus du prix classique du cacao ordinaire de 100 CFA au kilo dont la moitié à la coopérative et l’autre moitié aux producteurs. Le représentant des coopératives du projet, Jacques Kouakou a indiqué au nom de ses paires la satisfaction qu’ils avaient pour le projet adopté comme mode de fonctionnement par les coopératives. Celui-ci a en outre indiqué que les coopératives et producteurs avaient vu augmenter leur revenu par une maitrise de la qualité, une augmentation du rendement à l’hectare des plantations, et par la commercialisation du label durabilité qui augmente la valeur de leur cacao.

Le responsable Afrique Monsieur Loïc Folloroux a révélé que le travail effectué et la stratégie mise en place depuis trois ans lorsqu’il reprenait le projet ont permis d’atteindre un volume de près de 8 000 tonnes de cacao certifié (4400 tonnes) et sous le label Armajaro (3300 tonnes) /ICCO faisant d’Armajaro le leader du marché de la durabilité en Côte d’Ivoire, un marché difficile et convoité dans l’industrie du cacao.

En effet, c’est un marché de première importance dans l’industrie chocolatière en raison de la demande du consommateur. Les consommateurs de chocolat souhaite un chocolat dont les fèves de cacao ont une traçabilité jusqu’aux plantations ou les pratiques sont certifiées par un organe indépendant comme favorisant le paysan, la communauté et l’environnement.

C’est dans ce contexte qu’Armajaro a tissé en trois ans un réseau puissant de coopératives sérieuses qui tiennent leurs engagements, tout cela dans un environnement compliqué d’une filière en pleine réflexion pour une réforme capitale. Par moment, Il a fallu pour assurer le succès du projet, être le fil conducteur entre le planteur et la coopérative pour créer une synergie de travail, et gagner la confiance et loyauté des coopératives.

La clé du succès d’Armajaro dans ce domaine de la durabilité, c’est selon le responsable Afrique une maitrise totale du marché local et cela du port jusqu’au paysan. A ce titre Armajaro Cote d’Ivoire est une des rares multinationales de la place dans le cacao ou tous ses directeurs sont ivoiriens à commencer par le directeur générale. Quand au projet Armajaro a toujours refusé qu’ils se transforment en projet de subventions sans fin et s’est battu pour que ces projets s’appuient sur leur rentabilité commerciale pour permettre aux coopérateurs et planteurs d’arriver à une autosuffisance et indépendance totale, but ultime du projet et concept cher a Monsieur Loïc Folloroux et au groupe Armajaro. A cela le responsable Afrique, a déclaré qu’Armajaro Côte d’Ivoire, société gérée rigoureusement, avait su maitriser le contrôle des coûts et la logistique de la lourde formation dont ont besoin ces projets, ainsi que l’éducation nécessaire pour la rigoureuse certification.

Une stratégie qui permet à Armajaro Côte d’Ivoire, société citoyenne de viser lors de la prochaine campagne prochaine (09/10) entre 20 000 tonnes et 30 000 tonnes de cacao certifie et sous label qualité soit entre 1.5 et 2.5 milliards FCFA de primes et un investissement d’ 1 a 1.5 milliards FCFA en formation et équipement. La société ARMAJARO en forte expansion déclarait Monsieur Loïc Folloroux achète plus de 200 000 t de cacao en Afrique de l’Ouest et est installée en Cote d’Ivoire pour toujours afin de travailler main dans la main avec les paysans ivoiriens. La certification des plantations continuera pour le bonheur des coopératives et des producteurs : 386 en 2007,1799 en 2008 et 1962 en 2009 soit plus de 14 000 hectares de plantation. Armajaro leader dans la durabilité n’entend pas s‘arrêter en si bon chemin. Achetez tout le journal

Le Nouveau Réveil

Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés