Menu

  Le Nouveau Réveil - N°2198 - lundi 20 avril 2009

Menu
 Rubriques
- Accueil
- Économie
- Politique
- Société
- Sport
- Galerie Photos
 Informations
- Contacts
 Archives
Mois :
Année :
   
KIOSQUE NUMERIQUE
Achetez l'intégralité du journal Le Nouveau Réveil
au format numérique  - 
Oré Gnézé (Conseiller de Gbagbo) depuis la Maca : "L`ANSI est devenue un instrument de règlement de comptes"

lundi 20 avril 2009

Imprimer l'articleEnvoyer l'article par E-mail
O
ré Gnézé est conseiller spécial du chef de l`Etat Laurent Gbagbo. Mais fin mars 2009, il a été interpellé et écroué à la MACA depuis début avril sans procès pour tentative d`atteinte à la sûreté de l`Etat, dit-on. C`est un homme amer mais serein qui attend un dénouement heureux de cette affaire de complot. Pour lui, c’est un cadre de son canton qui serait à l`origine de ses déboires. Voici sa part de vérité depuis la MACA.


Qu’est-ce qui explique votre présence ici ?

En tant que conseiller du président Gbagbo, je reçois des visiteurs qui me donnent des informations sur des mouvements de troupes. Parmi ces informateurs, il y a Guéï Oulaï Hippolyte qui m`a parlé de mouvements de troupes à l`Ouest moyennant de l`argent. Comme je me suis rendu compte, après vérification, que le jeune Guéï Oulaï donnait de fausses informations, j`ai rompu avec lui. Alors il s`est tourné vers l`ANSI où il y a un cadre du même canton que moi à Gagnoa qui m`en veut. Pourtant je connais bien son père qui me devait avant sa mort. Je n`ai jamais réclamé mon dû. Son père est considéré comme un ami. Mais ce cadre a reçu Guéï Oulaï courant février. Il a monté une cabale en lui demandant de faire venir des officiers à l`Ouest qui préparent un coup d`Etat. Ce cadre a mandaté 2 agents de l`ANSI comme étant les représentants de ces officiers. Face à ces individus, j`ai prêché le faux pour avoir le vrai.


Comment ?

Je leur ai dit que j`étais partant. J`ai demandé d`enregistrer l`entretien. Mais au cours de la conversation, ils m`ont demandé si j`avais des amis à l`extérieur, si j`avais le soutien de la France. Je leur ai demandé de repasser une autre fois pour continuer.


Quel ouest ?

L`Ouest en zone gouvernementale


Continuez…

C`est cette partie de l`entretien enregistrée que ce dernier a prise pour son coup. Après l`entretien, j`ai informé le commandant du palais.


Comment ?

Souvent au téléphone


Pourquoi vous ne l`avez pas fait devant témoin ?

Je n`en ai pas l`habitude. Quand c`est fondé, en ce moment, je lui envoie l`informateur.


Quelle a été sa réaction quand vous l`avez informé ?

Pas de réaction. Je l`informe et il vérifie mais il ne me faisait pas de retour. C`est comme ça qu’on travaillait. Quand je reçois des informations, je les répercute. A eux de les juger.


Vous ne pouviez pas voir directement le président, parce que vous travaillez pour lui ?

Il ne s`intéresse pas à ce genre d`informations… Gbagbo a sa façon d`agir qui vous surprend. Il ne veut pas gêner ses collaborateurs. Les gens de l`ANSI lui ont dit que je veux faire un coup d`Etat. Il a choisi de laisser la justice aller jusqu`au bout. Ce que je crois puisque je n`ai pas été démis de mes fonctions.


Croyez-vous qu`on vous prend au sérieux au palais après avoir affirmé que Jésus est Bété ?

C`est archi faux ! Je n`ai jamais dit que Jésus est Bété. J`ai plutôt affirmé que la langue arabienne écrite dans la bible correspondait à la langue Bété. Jésus parlait hébreux.


Qu`est-ce qu`on vous a dit à la gendarmerie ?

Comme j`étais un prisonnier gênant, ils vont me mettre à la disposition de la justice. On sait tous qu’un individu ne peut pas commettre un coup d`Etat. On ne peut pas condamner quelqu`un pour coup d`Etat si on n`a pas trouvé des armes chez lui. Ni de document compromettant.


N`est-ce pas parce que vous en savez beaucoup ?

C`est une hypothèse à ne pas écarter. L`ANSI est devenue un instrument de règlement de compte. Pour accuser quelqu`un, il faut des preuves palpables notamment des armes.


Ne pensez-vous pas que ce sont vos amitiés avec l’opposition qui ont provoqué vos ennuis ?

Je suis un Houphouétiste convaincu. En effet, le 08 août 1970 à Gagnoa, j`étais le porte-parole de la population. Et le président Houphouët-Boigny m`avait dit exactement ceci : " Jeune homme (j`avais 26 ans), vous qui avez compris la nécessité de l`unité nationale, je vous demande d`être mon interprète auprès de ceux qui sont encore éloignés des réalités nationales. Non parce que je désire demeurer au pouvoir. Mais pour que l`œuvre que j`ai mis ma vie à édifier survive. Léon Konan Koffi, préfet à l`époque, est témoin oculaire. Depuis ce temps, je suis Houphouétiste. Je suis ouvert à tout mouvement qui prône le rassemblement des Ivoiriens. C`est pourquoi, les pionniers du RDR m`ont appelé pour les rejoindre.


"Notre Voie" a écrit que Bédié m`a menacé de n`avoir pas payé mes impôts quand il était au pouvoir. Simplement parce que je suis en de bons termes avec lui. Ils disent également que j`étais contre Alassane. Non, pas du tout. Je respecte et admire Alassane parce que c`est lui qui a sauvé le régime du président Houphouët-Boigny. J`étais même le président de la coordination du RDR des 10 communes d`Abidjan, Bingerville, Bassam et Anyama. J`ai quitté le RDR suite à des incompréhensions entre Djéni et moi. Il me reprochait de créer un courant Alassaniste au RDR. Ils racontent des choses, craignant que le RHDP me récupère.

Interview réalisée par Marc Koff Achetez tout le journal

Le Nouveau Réveil

Le Nouveau Réveil © 2005. Tous droits réservés